aléatoire

mardi 24 janvier 2017

C'est marrant les conséquences à long terme de la vie des saints.
Si saint François de Sales n'avait pas converti le Chablais,
région toute entière passée au protestantisme à l'époque,
au point qu'il ne pouvait y demeurer sans mettre sa vie en danger,
alors je n'existerais pas.
En effet, mon père est Chablaisien, la famille l'est depuis des siècles.
Quelle raison aurait-il eu d'aller en pélerinage à Lourdes s'il avait été protestant?
Or c'est là-bas qu'il a rencontré ma mère, catholique convaincue comme lui.
L'héritage des saints dépasse de beaucoup leur époque,
l'entendement humain et le "politiquement correct".
Je dois, d'une certaine façon, mon existence à saint François de Sales. 
Toutes les personnes qui lisent le blog lui doivent donc un peu quelque chose...

lundi 23 janvier 2017

Dieu ne peut rien pour ceux qui le rejettent,
parce que notre choix de l'aimer ou pas doit être libre,
c'est à dire qu'on n'est forcé en aucune façon
et que ce qu'on aura décidé sera respecté, même par Dieu.
Pas d'amour sans liberté, pas de liberté sans respect du choix de chacun,
même quand ce choix est de rejeter l'amour, et donc Dieu, qui est Amour.
C'est pour ça qu'il n'y aura pas de pardon pour ceux qui rejettent l'Esprit Saint,
non pas que Dieu soit incapable de pardonner quelque offense que ce soit, 
mais parce qu'Il n'impose pas son pardon à ceux qui ne veulent pas de Lui.

dimanche 22 janvier 2017

"Diable" signifie "diviseur".
Le diable, cet ange qui s'est rebellé contre Dieu et qui se prend pour lui,
entrainant à sa suite un grand nombre d'anges orgueilleux et ambitieux comme lui,
aime à se faufiler dans les failles qui existent dans les relations humaines.
Ainsi, comme l'eau qui s'infiltre dans le granit, au gré des succesions de chaud et froid,
il finit de la même façon par faire exploser les relations les plus solides.
Il ne faut pas lui laisser le moindre interstice où se faufiler dans l'Eglise.
Je préfère tel ou tel prêtre, cette liturgie ou celle-là, l'action ou la contemplation,
la vie dans le monde ou retirée, les chrétiens ou les païens, les riches ou les pauvres,
la joie de la résurrection ou l'accompagnement du Christ dans les épreuves, etc etc?
Bien, mais il faut être conscient que tout cela n'est qu'une histoire de goût personnel :
je n'ai ni à convaincre tout le monde de penser comme moi,
ni à mépriser ceux qui ne le font pas.
Tous différents, mais tous unis par l'amour indéfectible au Christ et entre nous, 
voilà ce qu'il faut pour ne pas laisser au diable le loisir de détruire notre Eglise.

samedi 21 janvier 2017

Si un prisonnier est gracié et qu'il commet à nouveau des actes répréhensibles,
il sera enfermé de nouveau, avec plus de sévérité, car il a méprisé le pardon.
C'est pareil pour celui à qui Dieu a pardonné ses péchés par le sacrifice du Christ,
qui ne se convertit pas et continue à vivre une vie égoïste et sans Dieu : 
sa condition finale sera pire qu'au début.

vendredi 20 janvier 2017

"Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis", dit Jésus.
"Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis", dit-il encore.
Bref, lui qui est le fils de Dieu a fait de nous ses amis,
c'est à dire qu'il a donné sa vie pour nous et qu'il attend la même chose de notre part.
L'amitié avec Dieu, ce n'est pas profiter de privilèges, être au-dessus des autres,
être "protégé" ou bénéficier de ses largesses et de ses richesses.
Non, l'amitié avec Dieu, la vraie, c'est donner notre vie pour lui :
c'est s'efforcer de ne rien faire qui soit contraire à sa parole et à ses actes,
c'est prendre du temps pour lui, pour la prière, pour les sacrements, pour la messe, 
c'est le choisir lui quand il y a conflit d'intérêt avec autre chose.

jeudi 19 janvier 2017

Dieu n'a que faire des cadeaux extérieurs que nous pourrions lui offrir.
Le seul cadeau qu'il agrée, c'est nous-même :
c'est notre amour, notre volonté de l'écouter et de suivre sa parole,
notre mise en pratique de l'exemple que son fils nous a donné.
Voilà le seul et unique sacrifice qui lui plait,
parce qu'il aime son fils de toute éternité, 
et donc tous ceux qui lui appartiennent.

mercredi 18 janvier 2017

Jésus guérit un homme à la main atrophiée le jour du sabbat,
jour consacré à Dieu et donc à faire le bien,
et, à cause de cela, les pharisiens et les hérodiens décident de le faire périr.
L'amour n'est jamais bien payé sur terre, et c'est un euphémisme : 
en fait, il est systématiquement persécuté, d'une manière ou d'une autre.

mardi 17 janvier 2017

Dieu ne peut ni nous mentir, le mensonge étant une invention du démon,
ni se tromper : il est Dieu.
C'est bien la raison pour laquelle tout ce qu'a dit le Christ est digne de foi,
lui dont Jean-Baptiste a proclamé qu'il est le Fils de Dieu,
et qui l'a prouvé en ressuscitant.
Personne d'autre, absolument personne, n'offre les mêmes garanties,
quelles que soient ses qualités personnelles ou son charisme.
C'est pourquoi mettre sa foi en Jésus Christ n'est pas quelque chose d'insensé, 
alors que la mettre en qui que ce soit d'autre est une folie.

lundi 16 janvier 2017

J'aime la définition du prêtre qui est donnée dans l'épître aux hébreux :
celui qui intervient en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu. 
Voilà bien quelque chose à ne pas négliger, quand on est prêtre.

dimanche 15 janvier 2017

Marie et Joseph suivent les lois de Moïse en présentant Jésus au temple,
Jésus suit ce que Dieu lui a demandé en se faisant baptiser,
bref c'est une famille qui a ce qu'on appelle la "vertu de religion",
ou encore la "crainte de Dieu",
c'est à dire non la peur, mais le respect de sa volonté et de ses commandements.
Voilà bien ce qui, hélas, définit cruellement le monde actuel :
ne fréquenter Dieu que quand ça nous arrange ou qu'on a besoin de Lui,
au lieu de le fréquenter parce qu'Il nous attend, patiemment, depuis toujours,
et qu'Il nous a dit de le faire si nous voulions trouver notre raison d'être sur terre.
Seulement voilà, trop occupés que nous sommes à chercher un bonheur sans Lui,
trop imbus de notre importance,
de notre liberté conçue comme une indépendance absolue par rapport à Lui,
on néglige de faire ce qu'Il nous a demandé.
Et bien entendu, on ne parvient ainsi ni au bonheur ici-bas, 
ni à la vie éternelle où nous sommes pourtant tous invités à entrer...

samedi 14 janvier 2017

Jésus n'est pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.
Si donc tu ne te reconnais pas pécheur, il n'est pas venu pour toi...
Après, tu fais ce que tu veux, hein, vive la liberté, mais moi, franchement,
je préfère me reconnaître pécheur, et repartir avec lui vers le paradis,
dont il est le seul, je te le rappelle, à connaître le chemin et à l'avoir déjà parcouru, 
que me raconter que je suis parfait et rester ici loin de Dieu et tout seul comme un c...
En plus, comme le péché c'est des manques d'amour, 
si on est honnêtes il n'est pas très difficile d'en trouver dans notre vie.

vendredi 13 janvier 2017

La foi ne consiste pas seulement à entendre une parole, fut-elle d'origine divine,
ou d'en connaître l'existence ou la teneur, 
mais à en tenir compte concrètement dans notre façon de vivre.