aléatoire

samedi 19 août 2017

L'idolâtrie, c'est confier sa vie à des faux dieux,
soit, dans le meilleur des cas, à des hommes qui se font passer pour Dieu,
soit, dans le pire, à des anges de satan qui prétendent être adorés comme Lui.
Dans un cas comme dans l'autre, c'est suivre une voie sans issue
qui ne peut mener à Dieu parce qu'elle ne vient pas de Lui 
et qui ne peut pas mener non plus au bonheur parce qu'elle ne suit pas ses lois.

vendredi 18 août 2017

On croit communément que le mariage est fait pour le plus grand nombre,
que c'est, sauf exception, le moyen habituel pour parvenir au bonheur.
Eh bien, ce qui est fait pour tous, c'est de trouver le bonheur par l'amour,
c'est à dire par le don de sa vie à ceux qu'on aime.
Le mariage n'en est qu'une modalité possible parmi tant d'autres,
et comme toute vocation, il rencontrera lui aussi des difficultés et des limites,
il sera confronté aux tentations et aux infidélités mineures ou majeures,
il aura toujours à la patte le fil du péché originel
qui voudrait qu'on s'aime d'abord soi-même avant d'aimer qui que ce soit d'autre.
Bref, c'est une vocation ni plus facile qu'aucune autre, ni plus difficile,
si tant est qu'on demande la grâce de Dieu pour l'accomplir, 
comme pour toutes les autres.

jeudi 17 août 2017

Nul n'est bon sinon Dieu seul, a dit Jésus.
Bon. Du coup, ça règle l'affaire :
inutile de se faire des illusions sur nos mérites ou nos perfections,
ça ne suffira pas à atteindre le paradis par nous-même.
Non, sans le pardon de Dieu, pas moyen d'y arriver.
Seulement voilà, pour recevoir ce pardon,
il faut être capable de le donner soi-même,
parce que la mesure du pardon de Dieu,
c'est celle qu'on est disposés à donner nous-même aux autres.
Heureusement, il existe une grâce du pardon, sans quoi nous serions perdus. 
Encore faut-il la demander quand on en a besoin.

mercredi 16 août 2017

Eh ! Si on avait une foi totale en Dieu et en sa parole,
on ne pécherait pas.
Le péché, c'est s'octroyer à soi-même les biens
dont on trouve que Dieu met trop longtemps à nous les donner,
c'est essayer de grapiller ce qu'on croit être du bonheur par nous-même,
sans tenir compte du chemin que Dieu nous a indiqué pour y parvenir. 
C'est le fruit du manque de foi, ni plus ni moins.

mardi 15 août 2017

Personne plus que Marie n'a eu confiance dans la Parole de Dieu,
gardant comme un trésor le message de l'ange
et ne mettant jamais en doute sa promesse, durant toute sa vie,
même quand elle ne comprenait pas,
quand tout semblait aller de travers,
quand elle devait marcher, comme à l'aveugle, au milieu des contradictions,
debout au pied de la croix, quand tout semblait être fini.
Qu'il est juste et bon que Dieu l'ai déjà faite venir auprès de Lui
en corps et âme, qu'elle soit déjà ressuscitée comme il l'avait promis !
Personne mieux qu'elle ne méritait d'inaugurer le royaume de cieux 
à la suite de son fils et avant tout le reste du peuple de Dieu.

lundi 14 août 2017

On a toujours tort de sous-estimer les autres.
Même si quelqu'un n'est pas très doué dans un domaine,
ça ne veut pas dire qu'il en va de même pour tout le reste,
et chacun a quelque chose à apporter au monde, 
si on veut bien prendre la peine de s'y intéresser.

dimanche 13 août 2017

Je trouve tout à fait regrettable cette nouvelle mode
qui consiste à faire des baptêmes aussi coûteux que des mariages,
avec des dizaines d'invités, restaurant, salle réservée et tout le toutim.
Du coup, beaucoup retardent le baptême, parfois de plusieurs années,
le temps de faire des économies,
d'autres ne le font tout simplement pas "parce qu'ils n'ont pas les moyens".
Et l'intérêt de l'enfant dans tout ça ?
N'est-il pas le premier concerné ?
La priorité ne devrait-elle pas être qu'il devienne enfant de Dieu,
au lieu que ça soit les invités et les dépenses somptuaires ?
J'espère que cette mode passera, et qu'on reviendra bientôt à plus de raison,
pour le bien des enfants.
Les parents, l'enfant, le parrain et la marraine, deux ou trois amis et famille, 
c'est plus qu'il n'en faut pour faire un baptême.

samedi 12 août 2017

Dans les maisons de retraite, j'ai déjà rencontre des personnes âgées adorables,
et aussi d'autres avec un caractère épouvantable.
Je ne crois pas que la vieillesse nous change :
elle nous dépouille juste de nos filtres et de nos faux-semblants,
elle retire le masque sous lequel on se protégeait quand on en avait les moyens.
Quand on perd cette protection, ce qu'il y a dessous apparait aux yeux de tous,
et on voit l'être intérieur, qui on est en vérité.
J'ai déjà remarqué la même chose pour les gens en train de mourir.
Du coup, là, on sait qui est vraiment bon et qui ne l'est pas, on ne peut plus tricher.
C'est autre chose quand on souffre énormément, c'est une autre sorte de masque 
qui peut déformer de façon terrible même les coeurs les plus aimants.

vendredi 11 août 2017

Juger la situation de gens qu'on ne connait que par ce qu'on nous raconte d'eux
mais qu'on ne connait pas personnellement,
c'est s'exposer à manquer de la bienveillance qu'on aurait
si leur sort nous concernait de près à cause de liens amicaux ou amoureux.
Et un jugement sans amour a bien peu de chances d'être juste.
Il suffit de se souvenir de la foule qui criait "crucifie-le !" à Pilate
alors que la majorité ne savait même pas pourquoi elle criait ça. 
Enfin si : pour faire comme tout le monde, rien de plus.

jeudi 10 août 2017

Prétendre faire respecter la morale chrétienne par la violence,
c'est totalement antinomique
puisque le premier commandement de cette morale,
c'est de nous aimer les uns les autres.
Un amour qui chercherait à s'imposer à coups de gourdins, 
ce n'est vraiment pas crédible.

mercredi 9 août 2017

Les communautés religieuses méprisent assez facilement les paroisses,
je sais de quoi je parle, ayant été moi-même religieux à une époque.
On pense que les curés de paroisse sont mal formés, peu actifs voire absents,
exigeants sur certaines choses et laxistes sur d'autres,
que ce sont avant tout des gratte-papier et des gestionnaires
plus que des héraults de la foi,
bref tout ça n'est pas bien reluisant.
En réalité, la paroisse est un endroit indispensable pour l'annonce de l'évangile :
on y rencontre énormément de monde, plus ou moins prêts de Dieu, certes,
mais qui trouvent là un contact facile avec l'Eglise et une occasion de s'en rapprocher,
et c'est aussi l'occasion de fréquenter tous ceux
dont les communautés religieuses ne s'occupent pas
parce que ça ne rentre pas dans leur charisme.
Les deux styles de présence au monde sont importants,
c'est comme chez les médecins : il faut des généralistes et des spécialistes, 
chacun complétant l'autre.

mardi 8 août 2017

Je n'ai jamais particulièrement aimé les fêtes,
parce que je ne supporte pas la foule, ni le bruit, ni les repas interminables.
Mais, si un ami fête quelque chose d'important pour lui, j'y vais tout de même,
parce que c'est un ami, et que ça vaut le coup de faire un effort pour lui faire plaisir.
Eh bien la messe, c'est pareil, sauf que l'ami qui nous invite, c'est Jésus.
Si on l'aimait vraiment, on ne se poserait même pas la question d'y aller 
parce qu'on irait au moins pour lui, à défaut de le faire par plaisir personnel.