aléatoire

mardi 12 juin 2012


Il faut respecter les prêtres,
parce qu'ils agissent "in persona christi",
c'est à dire en rendant le Christ présent,
au moins dans les sacrements.
Ça n'est pas toujours facile de les respecter, surtout quand on est prêtre soi-même.
Et pourtant c'est une justice à rendre au Christ, qui les a choisis.

On ne peut pas faire de réserves d'amour de Dieu, des autres ou de soi.

Les plaisirs, c'est bien gentil, mais aucun ne dure jamais bien longtemps.
Le bonheur, en revanche, est durable,
c'est même à ça qu'on le reconnait.

Si Dieu avait voulu que les prêtres soient parfaits,
il aurait ordonné des anges.
Qui aurait alors osé leur confier ses faiblesses?

Attaquer l'Eglise de Dieu,
c'est attaquer l'épouse d'un roi.
Quel bien pourrait-il en sortir?

Un seul acte d'amour, et c'est de nombreux péchés qui sont pardonnés.

On devrait pouvoir dire de nous dans la rue :
"tiens, je connais untel, et je sais qu'il ne ment jamais :
c'est un chrétien". 

Les sacrements, c'est Dieu qui obéit aux demandes d'un prêtre.

Si la foi n'est pas transmise par une génération entière à la suivante,
alors il faut pour ainsi dire recommencer à zéro.

L'Esprit Saint qui est en nous ne peut se nourrir que de l'eucharistie.

Chaque chrétien a la responsabilité
de transmettre la foi qu'il a reçue,
au minimum à ses propres enfants.

La Vérité est difficile à entendre de la bouche de Dieu
quand notre conscience nous reproche quelque chose.