aléatoire

mardi 19 juin 2012


Il est vertigineux de constater à quel point on est dépendants
d'une infinité de choses qu'on ne maitrise pas
sur cette terre. 

La jalousie est l'un des péchés les plus vains que je connaisse :
au lieu de perde son temps à être jaloux
des qualités, des biens ou de la réussite des autres,
on ferait mieux de chercher à les obtenir soi-même
ou d'apprendre à vivre sans.

Le seul bien avec lequel on sortira de ce monde
c'est l'amour qu'on aura eu les uns pour les autres.

L'amour de l'argent est plus répandu qu'il n'y parait
même chez les disciples du Christ, hélas.

Rien n'est mauvais en soi dans la création,
mais l'usage qu'on en fait peut l'être.

On ne peut pas à la fois être préoccupé de soi toute la journée
et s'occuper de Dieu.

On ne peut jamais se réjouir de la mort d'un être humain,
parce que "Dieu ne se réjouit pas de la mort du pécheur,
mais il veut qu'il se convertisse et qu'il vive".

L'or au creuset était plus tranquille caché dans sa mine,
quand on le laissait en paix.
Mais il sera infiniment plus précieux ensuite, devenu oeuvre d'art.
Il en va de même pour ceux que Dieu veut sanctifier.

Il est strictement impossible d'être saint et orgueilleux en même temps.

Il y a des prêtres, tombés au front du combat du bien et du mal,
qui mériteraient les honneurs religieux au lieu du déshonneur public.

L'amour parfait,
c'est quand on remet sa vie entre les mains d'une personne,
et que cette personne la respecte totalement,
sans essayer de la voler.
Bien sûr, il n'y a qu'en Dieu
qu'on peut avoir une confiance absolue dans ce domaine.

Il n'y a pas d'ami plus sûr
qu'un ancien ennemi qui s'est converti à force de l'aimer.