aléatoire

jeudi 28 juin 2012


Ce n'est pas à l'épi de blé de décider
si le propriétaire du champ doit enlever l'ivraie.

Quand on a consacré sa vie à Dieu, il est difficile de comprendre les épreuves
et l'abandon apparent que l'on ressent parfois.
Mais il faut bien que Dieu forme ses disciples à la souffrance,
sinon comment comprendront-ils celles des gens qui leur sont confiés?

Sur cette terre, l'Amour est inévitablement teinté de souffrances et de sacrifices...
Il n'en sera plus ainsi dans la vie éternelle.

Le chemin qui mène à la perdition est large,
parce qu'il n'a qu'un point de départ : l'amour de soi,
et en dehors de ça tout est permis dans toutes les directions.
Le chemin qui mène au salut est étroit,
parce qu'il a le même point de départ, mais il a aussi un point d'arrivée :
l'amour de Dieu et des autres,
et il ne trace donc qu'une étroite ligne droite.

Il faut être riche soi-même pour prétendre que la richesse (quelle qu'elle soit)
n'a aucune importance.
Et en général, on le dit pour les autres.

Notre coeur se trouve là où se trouvent nos richesses.
Il convient donc de choisir ses richesses avec soin.

Refuser de mettre sa vie au service de l'amour de Dieu et du prochain,
c'est enterrer le talent que Dieu nous avait confié pour le faire fructifier.

Beaucoup de gens me disent qu'ils trouvent la paix dans les églises,
et ensuite ils me disent qu'ils n'y vont quasiment jamais...
C'est étrange... pourquoi se passer d'une paix si simple à trouver?

Quand on veut un enfant "pour soi" ou "parce qu'on y a droit",
la chose est mal engagée.
On devrait ne vouloir mettre au monde un nouvel être humain
que pour lui-même...

Être pécheur, ce n'est pas grave,
dans la mesure où toute l'humanité est pécheresse.
Ce qui est grave, c'est d'en être fier ou satisfait.

La moindre des choses, quand on annonce la Parole de Dieu,
c'est que ça dérange des gens.
Le contraire serait le signe qu'en fait on n'annonce rien du tout.

Quand on se confesse, il faudrait le faire avec l'innocence d'un enfant de 3 ans...
J'ai confessé une fois une fillette de cet âge, qui avait insisté pour que je l'écoute,
et à ce jour, je n'ai jamais entendu une confession plus sincère, juste et pleine de foi.